Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gadgets

Feed RSS 2.0        Feed ATOM 1.0       Feed MOBILE

 

PageRank Gratuit

 





Sondage express
Vous connaissez ce blog grâce à :
Annuaire Internet
Moteur de recherche
Mail d'information
Bouche-à-oreille
Over-Blog
Autre

Résultats

Sondage express
Vous consultez ce blog en tant que :
Particulier
Professionnel
Institutionnel
Aidant naturel
Autre

Résultats





Archives

20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 10:58

Depuis le 01/01/11 de nombreux changements on vu le jour. Notamment deux exonérations accordées jusque là aux services à la personne ont été supprimées. Cette suppression va se répercuter sur les salaires.

 

Tous les ans au mois de janvier, tout augmente et cette année les services à la personnes n'y échapperont pas.

 

En 2006, la plan BORLOO a été mis en place pour favoriser la création d'emplois et le développement du secteur, mais en 2006, c'est la chasse aux niches fiscales pour contrer le déficit qui est à l'honneur.

 

Jusqu'à présent, les entreprises et les associations du secteur d'aide à domicile ont été exonérées d'une grande partie des cotisations patronales jusqu'au SMIC.

 

Aujourd'hui la suppression de cette exonération engendre des coûts supplémentaires de 300 euros en moyenne pour un salaire en temps plein.

 

Les structures des services à la personne sont donc obligées d'augmenter leurs tarifs pour compenser cette hausse des salaires et pour éviter de se séparer de leurs personnels. Deux solutions:

 

- Soit de manière homogène comme l'association SADS, comme ils effectuent 390.000 heures de prestations par an quand ils divisent cela équivaut a une augmentation de 0,30 centimes par heure.

 

- Soit de façon différenciée comme l'ADMR, pour les heures effectuées auprès de leur public fragile les tarifs augmenteront de 20 à 25 centimes et pour les heures effectuées auprès de leur public non fragile ils augmenteront de 1 à 1,50 euros.

 

Pour les structures déjà en difficultés cela ne fait que les étrangler un peu plus. Pour les autres ces réformes leur laissent très peu de marges de manœuvre car la quasi totalité de leurs budgets (qui est revu à la baisse cette année) sera dédiée aux coût supplémentaires des salaires.

Partager cet article

Repost 0

commentaires