Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gadgets

Feed RSS 2.0        Feed ATOM 1.0       Feed MOBILE

 

PageRank Gratuit

 





Sondage express
Vous connaissez ce blog grâce à :
Annuaire Internet
Moteur de recherche
Mail d'information
Bouche-à-oreille
Over-Blog
Autre

Résultats

Sondage express
Vous consultez ce blog en tant que :
Particulier
Professionnel
Institutionnel
Aidant naturel
Autre

Résultats





Archives

20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 21:24

 L'adoption de l'article 90 de la loi des finances de 2011 (suppression des exonérations des charges) a suscité bon nombres de révoltes tant au niveau des prestataires que des particuliers employeurs. Ce dernier crée l'incompréhension et l'indignation générale.

 

En France, il faut savoir que le chiffre d'affaires du secteur des services à la personnes est estimé à 21,5 milliards d'euros et que 3,5 millions de personnes ont un salarié à domicile.

 

Il est donc évident que tous les ménages ne pourront pas supporter le surcoût entrainé par la suppression des exonérations des charges, qui peut aller de 100 à 150 euros. Malgré ce qui a été dit les ménages les plus fragiles seront les premiers à être pénalisés. Sans compter que les conseils généraux et les caisses d'allocations familiales ne pourront pas compenser un tel surcoût.

 

M. Jean-Louis BORLOO avait tout mis en œuvre pour favoriser le développement de ce secteur car il voyait en lui un fort potentiel. En mettant en place les exonérations des charges il avait encouragé les personnes a déclaré leurs salariés. A cause de leurs suppressions le retour du travail au noir va devenir inévitable.

 

Avec l'adoption de l'article 90, le secteur du service à la personne va connaître un retour en arrière.

 

Au cours du débat qui fait rage entre les prestataires et l'État, ce dernier n'a fait que d'évoquer les économies réalisées par la suppression des exonérations des charges, mais il n'a pas parlé que 12 000 emplois seront menacés et que par conséquent le chômage allait augmenter.

En mettant les deux en parallèles, l'État n'aurait-il pas fait un mauvais calcul ?

 

Les service à la personne étaient un secteur équilibré. En effet, il comptait 1,7 millions de salariés qui cotisaient tous pour les retraites, la caisse d'assurance maladie... ce secteur rapportait plus qu'il ne coûtait....du moins.... avant cette loi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires