Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gadgets

Feed RSS 2.0        Feed ATOM 1.0       Feed MOBILE

 

PageRank Gratuit

 





Sondage express
Vous connaissez ce blog grâce à :
Annuaire Internet
Moteur de recherche
Mail d'information
Bouche-à-oreille
Over-Blog
Autre

Résultats

Sondage express
Vous consultez ce blog en tant que :
Particulier
Professionnel
Institutionnel
Aidant naturel
Autre

Résultats





Archives

25 avril 2008 5 25 /04 /avril /2008 12:00

Interview de Jean-Noël LESELLIER pour Comundi

Dans le cadre de la conférence Stratégies "Le marketing des services à la personne" qui se tiendra du 3 au 5 juin 2008 à Paris, une interview de Jean-Noël LESELLIER a été réalisée par Comundi :

Comment voyez-vous le marché des services à la personne à l'horizon 2010-2015 ?

Il est clair que dans les années à venir, le marché va faire l'objet d'un fort développement, de l'ordre de 8 à 12 % par an. Il est possible par ailleurs que son champ légal d'action s'élargisse d'une part avec l'arrivée de nouvelles activités et d'autre part de nouveaux entrants.

Je n'exclus pas que des acteurs tels que les pharmaciens, les taxis ou encore les infirmières fassent leur arrivée sur le domaine. On notera aussi que de grandes entreprises commencent à investir dans le secteur telles, par exemple, Gaz de France, Monoprix ou encore Carrefour qui s'intéressent maintenant au secteur.

Pensez-vous que l'arrivée des enseignes nationales a bousculé les modes de fonctionnement ?

Pas encore. Les comportements des consommateurs évoluent lentement. Les enseignes ne sont qu'au début d'un processus. Leurs approches sont extrêmement différentes. Certaines ont un modèle économique basé sur l'intégration du processus (hors réalisation au domicile) comme SERENA (sous-traitance, facturation ?) alors que d'autres se concentrent sur la mise en relation comme LA POSTE. Il est prématuré de dire quels sont les modèles économiques qui vont marcher. Mais cela n'exclut pas le fait que les modèles économiques viables soient pluriels.

Les associations vont-elles tout de même rester un des acteurs majeurs du marché alors même que l'arrivée des entreprises est de plus en plus importante ?

Il y a de la place pour tout le monde. Le problème n'est pas qui va être choisi entre les entreprises, les associations et les collectivités locales mais qui clairement propose de la qualité. Seuls les acteurs qui font et feront un travail correct et satisfaisant le client resteront. Le choix entre associations et entreprises relève plus d'un arbitrage du consommateur.

La professionnalisation est un des enjeux clés. La négociation d'une convention collective marque-t-elle le début d'un long processus ?

Il existe en fait plusieurs conventions collectives ou du moins deux qui sont en cours de négociation qui concernent l'une le secteur associatif et l'autre les entreprises de services à la personne. Sans parler des autres acteurs qui disposent déjà de leur convention collective et qui ne rentreront pas dans le champ d'application de celles en cours de négociation. C'est le cas pour Familles Rurales par exemple.

Les négociations vont se poursuivre mais il se peut que ces deux conventions ne soient en fait qu'une étape.

Dans l'avenir, mais à beaucoup plus long terme, autour de 20 ans, il pourra n'en exister qu'une seule mais cela suppose non seulement que les états d'esprit des partenaires sociaux évoluent mais aussi que les règles économiques et juridiques auxquelles les acteurs sont soumis soient identiques. Or ce n'est pas le cas aujourd'hui.

Source : Comundi.fr

+ d'infos sur l'interview et la conférence

Partager cet article

Repost 0

commentaires